Récit d’un petit tour dans le sud

 

  • Le HSR qui relie la côte ouest

De Taipei à Tainan, comptez une heure et demie par le HSR, ce train rapide que l’on ne trouve que dans l’ouest de l’île ! Joli cheval de fer, franco-japonais d’après ce que j’ai entendu. Spacieux, silencieux, mais un peu cher (1500 NT). Attention, la gare HSR est à 20 minutes de navette de la gare de Tainan centre (coût 23 NT).

J’ai trouvé à l’arrivée deux de mes étudiantes de français qui se sont gentiment proposé de me faire la visite et me faire goûter les nombreuses spécialités de Tainan qui rendraient fou le moindre amateur de gastronomie.

  • Fort Anping

Le fort Anping (安平古堡 ānpíng gǔbǎo) a été construit par les Hollandais lorsqu’ils occupèrent Taiwan (1624-1662) avant de se faire proprement bouter hors de l’île. Récupéré par les japonais, il est aujourd’hui visité par de nombreux touristes qui en profitent pour se régaler dans les petites rues environnantes.

  • Koxinga, un héros national !

Koxinga, de son petit non chinois 鄭成功 Zhèng Chénggōng n’était pas un rigolo. Son père, pirate venant du Fujian connut sa mère à Hirato, ville où il vécut jusqu’à ses sept ans avant de repartir pour la terre natale paternelle où il reçut un enseignement confucéen classique afin de passer les examens impériaux.

Lorsque la dynastie Ming s’effondra en 1644, remplacée par la dynastie mandchoue, certains princes du sud lui restèrent fidèles. Parmi eux, le prince Tang qui tenait la région de Fuzhou prit le jeune Zheng à son service. Aidé par son père, il continua à ferrailler avec les Qing dans le Guangdong, le Fujian et le Zhejiang, allant même jusqu’à Nankin d’où il se fait virer manu militari.

Un peu vexé, il décida donc de dégager les Hollandais qui étaient tranquilles à Taïwan pour se faire une base arrière, assiègea le fort décrit plus haut qu’il finit par prendre en 1662. Magnanime il fit main basse sur tous les biens de la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales en accordant la permission aux civils, aux fonctionnaires et au militaires survivants de quitter l’île avec leurs biens. Depuis son nom est prononcé non sans quelque exaltation sur l’île de Taïwan !

  • Les chaussures qui font chouic-chouic

La mode a changé. Fini les petites sandalettes et les escapades. Pour les bambins qui voudraient faire le mur, un brillant père de famille, las sans doute de perdre contre ses pioupious à cache-cache, a inventé une paire de baskets révolutionnaire qui permet de suivre ses enfants au son.

Sur le rivage non loin de Tainan, seul nuisance troublant cette fin de journée, on pouvait ainsi entendre le bruit obsédant d’une paire de chaussures qui pleurait, surveillée de près par sa mère. Qu’est-ce qui se passe dans la tête d’une petite fille de trois ans, qui dès qu’elle marche est suivie par un canard de bain ?

  • La photo obligée

Le coucher de soleil sur Tainan est un spectacle qui vaut le coup. Les amoureux se regardent avec des yeux éperdus, un petit vieux l’attend une bière à la main et la clope au bec. A Taïwan, l’oisiveté n’est pas la mère de tous les vices, on l’appelle poésie.

  • Lions … et dragons au temple de Confucius

Confucius, c’est un peu le Socrate national. Je ne m’attarderai pas sur sa vie et sur son œuvre, puisque je compte lui consacrer un article dès que j’aurai un peu approfondi sa pensée.

Toujours est-il que le temple de Confucius (孔子廟 Kǒngzi miào) est un monument à ne pas rater si l’on passe à Tainan. Ce qui frappe tout d’abord, c’est son austérité par rapport à d’autres temples que l’on peut voir. Entouré d’un jardin aux arbres couplés, les étudiants y viennent et notent sur de petits feuillets leurs désirs de réussite aux examens. Dans la Salle du Grand succès, le maître y est représenté entouré de tablettes portant le nom de ses disciples et de « quatrains » écrits par les empereurs qui se sont succédés (suivis par les présidents) à la tête de l’État.

  • Ma tanière

Si j’habitais à Tainan, ça serait ma tanière. Une petite rue, pas plus large qu’un bras menant sur une maison de thé dont les murs jaunes étaient éclairés doucement par le soleil couchant. Lieu idéal pour lire au calme, pour prendre rendez-vous, pour travailler…

C’est le genre d’endroit dont j’espère qu’il ne sera jamais recensé par le Lonely Planet, tant le peu de fréquentation est ce qui lui donne tout son caractère. Connaissant l’endroit par bouche à oreille ou par pur hasard, les nouveaux clients arrivent un peu timides, se demandant dans quel monde ils sont tombés ou tout heureux d’être des pionniers. C’est bien la caverne d’Ali Baba du promeneur solitaire.

Mais chhht !

  • Une école bâtie dans le style japonais

Si l’on demande aux taïwanais, certains diront qu’ils apprécient beaucoup les japonais, d’autres moins. Cette école à deux pas du temple de Confucius a une architecture caractéristique. Lorsque partout l’on nous impose des immeubles en béton, comme chez nous, horribles et vieillissant mal, l’œil se repose à admirer ces toits délicatement courbés et cette architecture naturelle.

  • Scène de la vie taïwanaise

L’art de vivre à la taïwanaise est avec les plaisirs de la table ce qui les rapproche le plus des français. Lézarder à la terrasse d’un café dès que les beaux jours reviennent, bavarder tranquillement autour d’une tasse de thé. Dans l’atmosphère chaleureuse du sud, le moindre de ces moments prend une coloration toute particulière. J’ai retrouvé ici la même tranquillité que celle qui régnait autour dans le quartier au nord du lac Beihai de Pékin, assistant silencieux à une partie de mah-jong. Le temps se suspend, reste l’instant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :