archive

Archives de Tag: 唐詩

Uragami Gyokudo 1745-1820
泠泠七絃上,
靜聽松風寒。
古調雖自愛,
今人多不彈。

Le son de la cithare évoque un courant d’eau fraîche,
Ou le souffle tranquille du vent dans une forêt de pins.
J’aime écouter jusqu’à l’extase ces chants anciens,
Que beaucoup ne jouent plus aujourd’hui.

(Trad. Tongyeouki)

Juran._Seeking_the_Tao_in_Autumn_Mountains._Palace_museum,_Tapei.10_cent.蒼蒼竹林寺,
杳杳鐘聲晚。
苛笠帶斜陽,
青山獨歸遠。

D’un temple perdu dans une forêt de verdoyants bambous,
Parvient le son grave de la cloche du soir.
Le soleil mourant s’accroche au chapeau du pèlerin,
Qui du mont Qing s’en retourne vers le lointain.

(Trad. Tongyeouki)